Accès directs


Commémoration 14-18

Image associée à l'article

Centenaire de la Première Guerre mondiale

Hommage aux poilus disséens

L'année aura 2014 marqué le début du cycle du centenaire de la Première Guerre mondiale, qui durera quatre ans.
Afin de participer à cette commémoration, nous avons décidé d'honorer la mémoire des Disséens morts lors de la "grande guerre". Durant ces années, nous vous proposons ainsi de découvrir ponctuellement, à la date anniversaire de leur décès, une courte présentation de chacun des poilus de notre commune disparus pendant le conflit. Près de cinquante portraits seront ainsi mis en ligne sur ce site Internet jusqu'au 30 septembre 2018, tout juste cent ans après la mort de Jules Busseau, dernier Disséen à succomber . Chacune de ces publications contiendra un lien menant vers le feuillet matricule militaire des soldats disséens. Des documents numérisés et mis en ligne par les services des Archives départementales de la Vienne qui vous permettront de tourner à nos côtés cette page d'histoire vieille d'un siècle.

Charles Faideau est né à Persac le 30 juillet 1889. Il est incorporé en octobre 1910 au Régiment d'Infanterie Coloniale pour son service militaire de 2 ans. Entre 1912 et 1914, il est tailleur d'habits. Il réside à Vincennes, puis à Paris. Ils est rappelé à son régiment par le décret de mobilisation. Il disparait Entre Saint-Vincent et Rossignol, lieux de combats dans la commune de Breuvanne (aujourd'hui village de la commune de Tintigny), en Belgique. La date de son décès a été fixée au 22 août 1914 par jugement du tribunal civil de Poitiers. Son décès a été transcrit le 3 avril 1920 sur le registre de décès de Dissay, dernier domicile connu, sans que l'on ne connaisse le lien qui le liait à notre commune. Il repose au cimetière du plateau, tombe 830, à Tintigny.

Retrouvez ici son feuillet matricule.

Kléber Brochet est né à Dissay, le 22 avril 1893. Il exerce la profession de charron à la Mothe. Le 14 octobre 1913, il s'engage dans le 66ème Régiment d'Infanterie. La date exacte de son décès, à la suite de blessures,  n'est pas connue. Elle a été fixée au 8 septembre 1914. Il a été inhumé à Fère-en-Tardenois, commune du département de l'Aisne, qui a connu de violents combats.

Retrouvez ici son feuillet matricule.

Stanislas Colin est né à Dissay le 7 mai 1884, à la Jonchère où vivent ses parents. Lors de son incorporation au service militaire en 1905, il réside au 14 rue de la Réunion, à Paris dans le 20è arrondissement. Il se réengage ensuite à plusieurs reprises. Il passe de soldat à sous-lieutenant au premier Régiment d'Infanterie Coloniale en 1913.

Il est tué à l’ennemi le 15 septembre 1914 à Ville-sur-Tourbe, dans le département de la Marne.

Retrouvez ici son feuillet matricule.

Alphonse Guyonnet est né le 19 mai 1890 à Dissay. Il est cultivateur aux Tiers en 1911, au moment de son incorporation au service militaire. Il est démobilisé le 8 novembre 1913, avec un certificat de bonne conduite. Il est rappelé par le 145è Régiment d'Artillerie d'Orléans en août 1914 pour servir en tant que canonnier. Il décède le 18 septembre 1914 à la bataille dite de la montagne de Paris à Vauxbuin dans le département de l'Aisne.

Retrouvez ici son feuillet matricule.

Maxime Deschamps est né le 15 octobre 1887 à Dissay, dans une famille de cultivateurs, à Forpuits. Il réalise son service militaire d'octobre 1908 à septembre 1910 au 68éme  Régiment d'Infanterie. Il est rappelé sous les drapeaux par le décret de mobilisation le 1er août 1914. Il participe, dans le département de la Meurthe-et-Moselle, aux batailles de Bouxières-sous-Froidmont le 7 octobre puis de Flirey le 21 octobre 1914. Il y tombe au champ d'honneur.

Retrouvez ici son feuillet matricule

Constantin Villéger est né le 15 mars 1881 à Jaunay-Clan. Il est vigneron aux Grésils, à Dissay. Il est incorporé au 32ème Régiment d'Infanterie de Châtellerault entre novembre 1902 et septembre 1903. Son service militaire ne dure qu'un an au lieu de deux car il est l'ainé d'une famille de onze enfants.  Remobilisé en août 1914, il est tué à l’ennemi à Zonnebeke en Belgique. Sa date de décès exacte n'est pas connue, elle a été fixée au 5 novembre 1914 par décision judiciaire.

Retrouvez ici son feuillet matricule.

Fernand Bagot est né le 12 avril 1888 à Dissay. Il est cultivateur au village d'Aillé. Son service militaire est effectué au 68ème Régiment d'Infanterie, au Blanc. Il est rappelé sous les drapeaux en août 1914. Il est tué à l’ennemi à Ypres, en Belgique. Sa date de décès exacte n'est pas connue, elle a été fixée au 6 novembre 1914 par décision judiciaire.

Retrouvez ici son feuillet matricule.

Albert Chevalier est né le 21 mai 1881 à Dissay. Il est vigneron au village de Nouzières. Il est incorporé au 32ème Régiment d'Infanterie, à Châtellerault entre octobre 1902 et novemnbre 1903. Son service a été réduit à un an car un de ses frères est aussi sous les drapeaux. Il est remobilisé en août 1914. Il est tué à l’ennemi à Pilkem, en Belgique. Sa date de décès exacte n'est pas connue, elle a été fixée au 10 novembre 1914 par décision judiciaire.

Retrouvez les deux vues de son feuillet matricule : vue 1 et vue 2.

Émilien Bodin (dit Émile) est né le 6 août 1883 à Saint-Secondin. Il est incorporé au 32ème Régiment d'Infanterie, à Châtellerault entre novembre 1904 et septembre 1905. Son service a été réduit à un an car un de ses frères est aussi sous les drapeaux. Il a résidé à Blaslay où il est cultivateur, mais aussi Saint-Cyr, Saumur et Dissay à partir de 1913. Il est remobilisé en août 1914. Il décède à l'hôpital temporaire du havre le 11 novembre 1914.

Retrouvez ici son feuillet matricule.

Arsène Petit est né le 1er juin 1892 à Dissay. Il est cultivateur. Il s'engage pour trois ans au 125ème Régiment d'Infanterie de Poitiers le 26 mars 1913. Soldat de deuxième classe, il est ensuite nommé soldat de deuxième classe, caporal, caporal-chef, puis adjudant le 14 novembre 1914.Il est tué à l'ennemi le 13 décembre 1914 à Zonnebeke.

Retrouvez ici son feuillet matricule.

Raymond Pénillon est né le 13 février 1884 à Dissay. Il est incorporé au Régiment d'Infanterie, à Châtellerault entre octobre 1905 et septembre 1907. Il reprend ensuite son activité de cultivateur. Il est rappelé sous les drapeaux par l'ordre général de mobilisation du 1er août 1914. Il participe à plusieurs combats, dans le département de Meurthe-et-Moselle entre octobre 1914 et février 1915. Il est blessé et porté disparu au combat du signal de Xon, au nord de Pont-à-Mousson, le 14 février 1915, le lendemain de ses trente ans.

Retrouvez ici son feuillet matricule.

Henri Busseau est né le 6 mars 1884 à Dissay. Il est cultivateur à Forpuits. Il est incorporé pour son service militaire d'octobre 1905 à septembre 1907 au 32ème Régiment d'Infanterie de Châtellerault. Il est alors soldat de première classe. Il est rappelé sous les drapeaux par l'ordre général de mobilisation du 1er août 1914. Passé au 18ème Bataillon de chasseurs à pied, il est tué à l'ennemi le 2 mars 1915, au Mesnil-lès-Hurlus, commune du département de la Marne entièrement anéantie par les combats.

Retrouvez ici son feuillet matricule.

Augustin Gardien est né le 11 février 1887 à Dissay. Il est cultivateur à la Cormaillère. Il effectue son service militaire au 9ème Régiment des Dragons  d'Angers  d'octobre 1908 à septembre 1910. Il est rappelé sous les drapeaux par l'ordre général de mobilisation du 1er août 1914. Il décède le 5 mars 1915 des suites de blessures de guerre à l'ambulance n°3 à Sains-en-Gohelle, dans le Pas-de-Calais.

Retrouvez ici son feuillet matricule.

Adrien Gaudin est né le 13 février 1888 à Dissay. Il est cultivateur à Aillé. Il effectue son service militaire au 68ème Régiment d'Infanterie de septembre 1909 à octobre 1911. Il est rappelé sous les drapeaux, au Régiment d'Infanterie du Blanc par l'ordre général de mobilisation du 1er août 1914. Il est porté disparu le 10 mai 1915, à la Fosse de Béthunes.

Retrouvez ici son feuillet matricule.

Auguste Villéger est né le 2 décembre 1890 à Dissay. Il est cultivateur à la Forpuits. Il effectue son service militaire à partir du mois d'octobre 1911.Réformé temporaire à partir de novembre 1912, pour raison de santé, il regagne son domicile. Il est rapelé sous les drapeaux par l'ordre de mobilisation général du 1er août 1914. Il est nommé caporal le 29 mai 1915 au 32ème Régiment d'Infanterie. Il meurt au champ d'honneur le 16 juin 1915 au combat de la cote 140.

Retrouvez ici son feuillet matricule.

Charles Nabineau est né à Châtellerault le 5 janvier 1895. Il réside à Jaunay-Clan au moment où il a été incorporé au 68e Régiment d'Infanterie le 17 décembre 1914. Il combat ensuite dans les rangs du 155e Régiment d'Infanterie. Il participe à la grande offensive d'Artois et de Champagne. Comme 20 000 autres poilus, il y laisse la vie, des suites de ses blessures, à Saint-Hilaire-le-Grand, dans la Marne, le 25 septembre 1915.

Retrouvez ici son feuillet matricule.

Raymond Proust est né le 1er octobre 1895 à Dissay. Il est réside au début du conflit à Grand-Pont, commune de Chasseneuil-du-Poitou où son père est marchand de sable. Il est incorporé au 125e Régiment d'Infanterie le 17 décembre 1914 en tant que soldat de 2e classe. Il est tué à l'ennemi dans les tranchées de Wailly (Pas-de-Calais) le 5 septembre 1915.

Retrouvez ici son feuillet matricule.

Léon Brice Beauparrain est né le 11 juin 1894 à Bourbonne-les-Bains dans la Haute-Marne. Au moment du recrutement, il est boulanger à Épinal, dans les Vosges.  Il est enregistré au bureau de Langres en 1914 sous le numéro matricule 707. Il combat dans le 174e Régiment d'Infanterie et il est tué à l'ennemi à Douaumont le 28 février 1916.

Rien n'explique pourquoi il est inscrit, ainsi que son frère Alfred,  au monument aux morts de Dissay. Il est d'ailleurs également inscrit au monument aux morts de Farincourt, lieu de résidence de ses parents, dans le même département de la Haute-Marne. S'agit-il d'une erreur ?

Image associée à l'article

Jacques Frotier de la Messelière est né le 9 juin 1878, à Poitiers. Son grand-père maternel, Jean-Charles Auguste Pelletier de Montigny fut maire de Dissay. Il est incorporé au 12e Régiment d'Infanterie le 14 novembre 1900. Il est placé dans la réserve au grade de sergent le 1er novembre 1902.

Il obtient son doctorat en droit et devient lieutenant de réserve en 1905. Rappelé sous les drapeaux par l'ordre de mobilisation générale le 1er août 1914, il est incorporé au 68e, puis au 153e Régiment d'Infanterie. Il est tué à l'ennemi à Verdun. Son décès y sera constaté à l'hôpital le 9 mars 1916.

Retrouvez son feuillet matricule et ici.

Son portrait est extrait d'une photo d'un groupe de réservistes conservée aux Archives départementales de la Vienne (FI LL 127).

Aimé Nabineau est né à Dissay le 22 octobre 1883. Il est cultivateur aux Louardières. De novembre 1904 à septembre 1905 il est soldat de deuxième classe au 32ème Régiment d'Infanterie, à Châtellerault. Il est rappelé sous les drapeaux par le décret de mobilisation. Il arrive au 3ème Régiment d'Infanterie Coloniale le 12 août 1914. Passé par différents régiments coloniaux, il embarque à Bordeaux pour Casablanca le 25 juillet 1915. Il est tué à l'énnemi le 12 avril 1916 lors des opérations de Khénifra.

Retrouvez son feuillet matricule ici.

Alexandre Gouin est né à Dissay le 15 février 1884 à Dissay. Au moment de son recrutement, il est cultivateur à Pessac, en Gironde. D'octobre 1905 à octobre 1907, il accomplit son service militaire au 32e Régiment d'Infanterie de Châtellerault. Passé par différents régiments à partir d'août 1914, il meurt pour la France le 30 avril 1916 au plateau d'Avocourt.

Retrouvez ici son feuillet matricule.

Alfred Beauparrain est né le 20 août 1884 à Bourbonne-les-Bains dans la Haute-Marne. Au moment du recrutement, il est typographe.  Il est enregistré au bureau de Langres en 1914 sous le numéro matricule 912. Il s'engage en février 1905 pour trois ans au premier Régiment de zouaves. Il mène alors campagne en Algérie. Rappelé sous les drapeaux en août 1914 par le décret de mobilisation, il intègre le 21ème Régiment d'Infanterie. Il est tué à l’ennemi le 20 mai 2016 à Sainte-Pôle (lieu-dit de Grand-Bois).

Rien n'explique pourquoi il est inscrit, ainsi que son frère Léon Brice (voir plus haut),  au monument aux morts de Dissay. Il est d'ailleurs également inscrit au monument aux morts de Farincourt, lieu de résidence de ses parents, dans le même département de la Haute-Marne. S'agit-il d'une erreur ?

Armand Senellier est né à Dissay le 9 avril 1894. Au moment de son recrutement, il est charcutier. Il incorpore , le 10 septembre 1914, le 82e, puis le 19e Régiment d'Infanterie. Il servira par la suite dans le 17e, puis le 2e bataillon de chasseurs à pied. Il est blessé par des éclats d'obus le 27 juin 1915. Sa manière de servir lui vaut d'être décoré de la Croix de Guerre. Il disparait au combat à Péronne dans la Somme, le 16 août 1916. C'est en tout cas la date qui sera choisie pour officialiser son décès.

Retrouvez ici son feuillet matricule.

André Brault est né à l'Isle-Jourdain le 27 août 1883. Lors de son incorporation il est étudiant et vit chez ses parents à la Cormaillère. Il s'engage pour cinq ans en 1901 au quatrième dépôt des équipages de la flotte à Rochefort. Il est placé dans la réserve en novembre 1906. Il est rappelé sous les drapeaux par le décret de mobilisation du 1er août 1914. Il est alors dirigé vers le Régiment d'Infanterie de Châtellerault. En octobre 1914 il est nommé sergent-fourrier au 327e Régiment d'Infanterie. Il participe aux combats d'Artois, du Bois-Étoit et à la bataille de la Somme les 4, 6 et 12 septembre 1916. C'est ce dernier jour qu'il décède dans l'ambulance aux Érables, dans la Somme.

Retrouvez ici les deux vues de son feuillet matricule, vue 1 et vue 2.

Pierre Busseau est né à Dissay le 29 juin 1895. Il est cultivateur au village de Marit. Il est incorporé le 17 décembre 1914. Il sera affecté au 135e puis au 175e Régiment d’Infanterie. Il meurt, des suites de ses blessures de guerre, à Négokani, en Serbie, le 23 octobre 1916.

Retrouvez ici son feuillet matricule.

Olivier Joirigny est né à Jaunay-Clan le 26 février 1896. Il est cultivateur au village de la Mothe, à Dissay, lors de son recensement militaire. Il est incorporé le 10 avril 1915, dans le 90e Régiment d'Infanterie. Il est tué à l’ennemi le 4 novembre 1916, à Sailly-Saillisel, lors de la bataille de la Somme. Il est cité à l'ordre du régiment et reçoit la Croix de guerre, à titre posthume, le 5 décembre 1916.

Retrouvez ici son feuillet matricule.

Julien Petit est né le 9 octobre 1887, à Dissay. Il est cultivateur aux Louardières, comme ses parents. Il est incorporé au 68e régiment d'Infanterie pour son service militaire entre octobre 1908 et septembre 1910. Il sera rappelé sous les drapeaux par le décret de mobilisation du 1er août 1914. Participant aux combats d'Artois en mai-juin 1915, il y est blessé aux bras et à la cuisse gauche par des éclats d'obus. Il décède dans l'ambulance 12/20 le 10 janvier 1917.

Retrouvez ici son feuillet matricule.

Louis Barraud est né le 13 mai 1880 à Dissay. De novembre 1901 à septembre 1904, il effectue son service militaire. Il sera rappelé sous les drapeaux par le décret de mobilisation du 1er août 1914. Il servira dans plusieurs régiments d'infanterie. Participant aux combats d'Artois en mai-juin 1915, il y est blessé aux bras et à la cuisse gauche par des éclats d'obus. Cité plusieurs fois à l'ordre du régiment pour son courage et son entrain au combats, il reçoit la Croix de guerre. La dernière appréciation le concernant est la suivante : excellent soldat courageux et dévoué. Visé à son poste d'observation. Il est tué à l’ennemi le 10 mars 1917.

Retrouvez ici les deux vues de son feuillet matricule : vue 1 et vue 2.

Alcide Cheminard est né le 27 janvier 1893, à Dissay. Il est agriculteur chez ses parents aux Tiers. En novembre 1913, il est classé "soutien de famille" et en décembre de la même année, réformé temporairement pour insuffisance de développement. En novembre 1914, la commission spéciale de Châtellerault le déclare apte au service armé. Il est incorporé au 32e Régiment d'Infanterie. Il est porté disparu le 8 mai 1917 lors du combat du bastion du bois de Chevreux, sur la commune de Craonne, dans l'Aisne. Cet assaut s'est déroulé entre le 16 avril et le 24 mai 1917, date à laquelle l'armée française a repris le terrain. Le village de Chevreux, entièrement détruit n'a pas été reconstruit. C'est la date de la disparition d'Alcide Cheminard, 8 mai 1917, qui a été officiellement choisie, en 1921, pour déclarer son décès. Il n'a pas de sépulture.

Retrouvez ici son feuillet matricule.

Auguste Bernard est né le 7 décembre 1881, à Saint-Georges-les-Baillargeaux. Il est inscrit à Paris, au 4e bureau de la Seine, sous le feuillet matricule 3314. Il est incorporé au 82e Régiment d'Artillerie Lourde en tant que canonnier. Il est admis à l'Hôpital temporaire n°54, au château de Beaudiment, à Beaumont. Il y décède le 5 juin 1917 des suites de maladie contractée en service. Un extrait du registre de décès a été transmis à la mairie de Dissay sans que l'on sache s'il y a habité.

Retrouvez ici sa fiche du Ministère de la défense. Les registres matricules de Paris sont en cours de numérisation (en 2017) pour mise en ligne.

Ernest Audinet est né le 22 octobre 1879 à Dissay. Il y est cultivateur, alors qu'il est incorporé au 68e Régiment d'Infanterie pour effectuer son service militaire du 15 novembre 1900 au 23 septembre 1903. Il termine avec le grade de sergent. Il réalise deux périodes de réserve en 1906 et 1908. Il est rappelé sous les drapeaux par l'ordre de mobilisation du 1er août 1914 et incorporé, le 6 du même mois, au 69e Régiment d'Infanterie. Il est cité à l'ordre de la Division le 15 mai 1916 pour sa conscience et sa bravoure à toute épreuve. Il a continué à commander sa section en ralliant ses hommes, stupéfiés par la puissance du bombardement, malgré de multiples contusions, après avoir été enseveli sous cinq mètres de terre. Souffrant de fractures ouvertes au pouce, au bras et à la jambe, lors de la bataille de Craonne (Aisne), le 20 juillet 1917, il décédera le lendemain, 20 juillet. Il a été décoré de la Croix de Guerre, avec étoile d'argent.

Retrouvez ici son feuillet matricule, vue 1 et vue 2.

Marcel Bourleau est né le 30 septembre 1887 à Dissay. Il est cordonnier. Il effectue son service militaire dans le 33e Régiment d'Artillerie de campagne du 6 octobre 1908 au 25 septembre 1910. Il est rappelé sous les drapeaux par l'ordre de mobilisation du 1er août 1914 et incorporé dans le même régiment. Il est cité à l'ordre du régiment le 19 mai 1916, après avoir été blessé. Il est atteint d'une balle, au service de sa pièce d'artillerie, le 27 juillet 1917, à la tranchée du Blanc-Sablon, à Craonnelle (Aisne). Il reçoit la Médaille militaire et la Croix de Guerre, à titre posthume, le 2 juillet 1919. Il est qualifié d'excellent pointeur, très actif et très dévoué.

Retrouvez ici son feuillet matricule, vue 1 et vue 2.

Maurice Frugier est né le 29 décembre 1895 à Loudun. Il est patissier et vit rue de la Poste-aux-cheveaux à Poitiers, chez ses parents. Il est ajourné en 1914, pour faiblesse. Finalement appelé sous les drapeaux en septembre 1915, il servira dans le 113e, puis le 129e Régiment d'Infanterie. Il est tué à l'ennemi le 20 août 1917, à Bezonvaux (Meuse). Les documents n'expliquent pas pourquoi il figure sur le monument aux morts de Dissay.

Retrouvez ici son feuillet matricule.